La notion de génération en histoire de la musique : l’exemple des compositeurs français nés au tournant du xxe siècle


Cécile Quesney (université Paris-Sorbonne et université de Montréal)

Cécile Quesney est pianiste, agrégée de musique et diplômée du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris en musicologie. Elle prépare une thèse de doctorat sur les compositeurs français nés autour de 1900 face à l’Occupation et est actuellement chercheur-visiteur à l’Université libre de Bruxelles.

En histoire de la musique, la notion de génération est très souvent convoquée mais jamais définie. Le terme est habituellement employé pour désigner des musiciens d’une même classe d’âge ou cohorte. Or définir une génération implique de prendre en compte au moins trois autres paramètres, ainsi que l’ont montré plusieurs historiens contemporains reprenant les travaux du sociologue Karl Mannheim : la situation sociale, la conscience d’appartenir à une génération et l’unité de cette dernière. L’utilisation de cette notion de génération en musicologie, outre qu’elle offre une alternative à l’histoire biographique traditionnelle qui ne rend pas compte des phénomènes collectifs, permet de privilégier une histoire de la musique axée sur la reconstruction des sensibilités collectives et l’émergence des styles et courants musicaux.

Cette communication cherchera à mettre en évidence la fécondité de la notion de génération à partir du cas de compositeurs français nés autour de 1900 (Georges Auric, Henry Barraud, Darius Milhaud, Francis Poulenc, Henri Sauguet, etc.). L’analyse comparée de leurs carrières permettra de définir les particularités de cette génération. Marqués par certains événements politiques et artistiques, ces compositeurs souvent issus des mêmes milieux vont se définir par opposition avec leurs aînés, s’illustrer dans des genres et styles relativement similaires, et partager plusieurs idées sur la musique.

Bibliographie

Claudine Attias-Donfut, Sociologie des générations : l’empreinte du temps (Paris : Presses universitaires de France, 1988).

Jean-Pierre Azéma et Michel Winock (éd.), Les générations, Vingtième Siècle, Revue d’histoire, 22 (avril-juin 1989).

Karl Mannheim, Le problème des générations, traduction de l’allemand par Gérard Mauger et Nia Perivolaropoulou (Paris : Nathan, 1990).

Alexis Roland-Manuel, « Les Six devant Ravel, Contribution à l’étude de la stratégie musicale contemporaine » (article dactylographié, Bibliothèque nationale de France, département de la musique, 1925).

logos partenaires