Chanteuses laïques et musique religieuse à Paris au xviiie siècle : questions de réception


Cécile Queffélec (université de Poitiers)

Élève de troisième année à l’École des Chartes, Cécile Queffélec est titulaire d’une licence d’histoire (université Panthéon-Sorbonne) et d’un master de musicologie (université de Poitiers). Elle est actuellement en première année de doctorat sous la direction de Thierry Favier.

À partir de la seconde moitié du xviie siècle, les cérémonies de quelques couvents parisiens puis à partir de 1725 le Concert spirituel semblent faire de la musique religieuse un spectacle tout autant qu’un élément du culte. Les évolutions du goût favorisent, pour les cérémonies extraordinaires, l’exécution d’un nouveau répertoire pour lequel il est fait appel à des chanteuses professionnelles et non à des religieuses. De même, au Concert spirituel, ce sont des chanteuses laïques, confirmées ou débutantes, qui assurent les voix de dessus du répertoire de grands motets. Exerçant souvent une sorte de fascination, ces chanteuses peuvent également faire l’objet de polémiques.

Nous proposons donc de nous pencher plus particulièrement sur la réception de ces femmes laïques qui chantent de la musique religieuse, de la création du Concert spirituel à la Révolution. En effet, les sources, dans la presse et la littérature, semblent suggérer que les attentes du public sont diverses et parfois contradictoires : si les chanteuses sont jugées sur leur interprétation et leurs qualités vocales, leur modestie et la congruence de leur voix sont aussi considérées comme importantes. Ces témoignages cristallisent donc les contradictions liées à cette pratique : comment le genre de l’interprète et le caractère religieux de la musique chantée entrent-ils en conflit ? Est-il possible qu’à l’inverse l’alliance de ces deux caractéristiques puisse être vue comme positive, y compris chez des laïques ?

Bibliographie

Monique Brûlin, Le Verbe et la Voix : la manifestation vocale dans le culte en France au xviie siècle (Paris : Beauchesne, 1998).

Georges Escoffier, « De la tentation à la civilisation : la place des femmes au Concert en France au xviiie siècle », in H. E. Bödeker et P. Veit (éd.), Les Sociétés de musique en Europe, 1700-1920 : structures, pratiques musicales, sociabilités (Berlin : BWV, 2007), p. 101-128.

Thierry Favier, « Aux origines du Concert spirituel : pratiques musicales et formes d’appropriation de la musique dans les églises parisiennes de 1680 à 1725 », in H. E. Bödeker, P. Veit et M. Werner (éd.), Organisateurs et formes d’organisation du concert en Europe : 1700-1920. Institutionnalisation et pratiques (Berlin : BWV, 2008), p. 297-319.

Claude Jamain, « Images de la voix dans la première moitié du xviiie siècle », in J. Wagner (éd.), La Voix dans la culture et la littérature française : 1715-1875 (Clermont-Ferrand : Presses Universitaires Blaise Pascal, 2001), p. 115-123.

logos partenaires