Péter Eötvös, de Kosmos à Trois Sœurs ou le long cheminement vers l’opéra


Marie Laviéville-Angelier (université Charles de Gaulle, Lille)

Titulaire de plusieurs prix du CNSM de Paris et de l’agrégation, Marie Laviéville a consacré sa thèse de doctorat à l’étude de la dramaturgie sur l’ensemble de la production du compositeur Péter Eötvös (2010). Après avoir enseigné à l’université Charles de Gaulle à Lille et à l’université de Strasbourg, elle est actuellement ATER à l’université de Paris-Est Marne-la-Vallée.

S’il ne fallait aujourd’hui citer qu’une seule figure représentative de la richesse et de la diversité de la production opératique actuelle, il semblerait bien que celle-ci soit incarnée par le compositeur hongrois Péter Eötvös, né en 1944. Auteur de six opéras ayant tous vus le jour au cours de ces douze dernières années (Trois Sœurs, Le Balcon, Angels in America, Lady Sarashina, Love and others Demons, Der Tragödie des Teufels), Eötvös est en effet un personnage incontournable du monde de l’opéra contemporain, témoin du regain d’intérêt constaté pour le genre depuis la fin des années quatre-vingt. Pourtant, le succès remporté par ces six récents opéras ne vient en réalité que renforcer un paradoxe apparent lorsque l’on examine la place de ces derniers au sein du vaste catalogue du musicien. Si la profusion soudaine d’œuvres opératiques en fait l’un des compositeurs les plus prolixes de ce tournant de siècle, celle-ci n’apparaît ainsi qu’après plus de trente ans de création musicale. Une longue maturation d’autant plus significative qu’Eötvös revendique cette préoccupation dramaturgique comme l’une de ses constantes compositionnelles. Comment expliquer les raisons d’une telle attente ? Comment s’est effectué ce long cheminement vers l’opéra chez un compositeur qui a pourtant, dès le début de sa carrière, été particulièrement impliqué dans le processus de création scénique ?

Nous nous proposons d’examiner, à travers l’analyse de plusieurs pièces représentatives, l’émergence progressive de la dramaturgie au sein du catalogue du compositeur. Une analyse permettant alors de considérer l’opéra comme la forme d’expression la mieux adaptée à la réalisation de ses aspirations dramaturgiques, un lieu de la synthèse favorisant l’interaction de ses multiples influences compositionnelles.

Bibliographie

Márta Grabócz (éd.), Les Opéras de Péter Eötvös, entre Orient et Occident (Paris : Éditions des archives contemporaines, 2012).

Hans-Klaus Jungheinrich (éd.), Identitäten, Der Komponist und Dirigent Péter Eötvös (Mainz : Schott Musik International, Edition Neue Zeitschrift für Musik, 2005).

Michael Kunkel (éd.), Kosmoi (Saarbrücken : PFAU-Verlag, 2007).

logos partenaires