Le Voix de ville et la chanson (1552-1576) : pour une « lecture » musicale en forme de récitation ?


Nahéma Khattabi (université de Poitiers)

Doctorante contractuelle, Nahéma Khattabi est agrégée de musique. Elle prépare actuellement une thèse sur la chanson et l’air en France dans la seconde moitié du xvie siècle, dirigée par Isabelle His.

À partir des années 1550, le répertoire profane édité en France voit coexister deux esthétiques très différentes qui mettent en jeu des conceptions de « lecture » du texte poétique opposées. L’écriture en imitation, qui s’inscrit dans un héritage franco-flamand, se voit concurrencée par l’harmonisation note contre note d’une mélodie, confiée tantôt à la partie de ténor tantôt à la voix de dessus. Cette mise en musique homophonique d’un air dans le style du faux-bourdon improvisé ouvre la voie au nouveau genre du voix de ville. Bien que Du Bellay fustige le voix de ville qu’il classe au rang des « chansons vulgaires », ce genre apparaît cependant comme une alternative à la polyphonie recherchée et complexe qui, selon Pontus de Tyard, « ne raporte eus oreille qu’un grand bruit » et fait obstacle à la réception du texte.

L’enjeu de la communication est de croiser les approches littéraires et musicologiques pour questionner le statut de l’objet écrit qui apparaît moins comme l’image sonore d’une œuvre en soi que comme le signe d’une pratique fondée sur l’improvisation et l’art de la diminution. À ce titre, il semble bien que les compositeurs qui s’illustrent dans ce genre ne fassent pas véritablement acte de création. Il s’agirait davantage pour eux de produire une mise en musique qui correspondrait à une vocalisation d’un poème proche d’une récitation sous forme chantée.

Ce travail cherchera donc à interroger, à la lumière des recueils de voix de ville, le statut du musicien qui semble apparaître moins comme un compositeur que comme un arrangeur.

Bibliographie

Giuseppe Fiorentino, Música española del Renacimiento entre tradición oral y transmisión escrita: el esquema de folía en procesos de composición e improvisación, Thèse de doctorat, Université de Grenade, 2009.

Daniel Heartz, « Voix de ville: Between Humanist Ideals and Musical Realities », in Laurence Berman (dir.), World and Music: The Scholar’s view (Harvard : Harvard University, Department of Music, 1972), p. 115-136.

Jean-Pierre Ouvrard, « Populaire ou savante : La chanson en forme de voix de ville vers 1550 et le modèle de la Poesia per musica », in Meslanges pour le Xe anniversaire du Centre de Musique ancienne 1975-1985 (Genève : Conservatoire populaire de musique de Genève, 1988), p. 77-89.

Jane Ozenberger Whang, From voix de ville to air de cour : the strophic chanson, c. 1545-1575, Thèse de doctorat, Université de Caroline du nord, Chapel Hill, 1981.

logos partenaires