Le geste sonore chez Jackie McLean


Edouard Hubert (université Paris-Sorbonne)

Édouard Hubert est doctorant en musicologie. Il rédige actuellement une thèse intitulée Étude de style d’un musicien de jazz (compositeur/improvisateur) : Jackie McLean (1931-2006), saxophoniste alto, sous la direction de Laurent Cugny.

Le saxophoniste alto Jackie McLean (1931-2006), bien que réputé pour avoir contribué au prolongement de l’héritage parkerien, a su développer au long de sa carrière un langage singulier dans le paysage jazzistique. Durant la décennie 1960, McLean confirmera sa conception musicale, entre hard bop modal aux climats orchestraux originaux et free jazz, lors de sa collaboration avec le label Blue Note.

Il s’agira ici de montrer en quoi le style de ce musicien prend naissance dans la particularité de sa sonorité et de conduire la réflexion dans le domaine du son chez un instrumentiste de jazz. Cette pensée de la sonorité nous mènera dans le champ de la corporalité du jazz, musique qui met au premier plan le musicien créateur dans un rapport physique à l’instrument. C’est en insérant dans sa musique l’empreinte de son corps que McLean construira, par le biais du geste instrumental, sa sonorité propre, marque première de son style.

À travers divers extraits d’analyses des improvisations de McLean, lieux du musicien en acte et du retentissement sonore, nous tenterons de donner une idée de la manière dont le saxophoniste travaille sa sonorité (le timbre, les attaques, les effets, la justesse, etc.) par un geste sonore manifeste, participant ainsi de sa stylistique. La sonorité – la manière dont le musicien en fait le traitement – est un élément primordial dans l’analyse des musiques de jazz, et par conséquent de la musique de Jackie McLean, l’un de ses plus fervents représentants.

Bibliographie

Laurent Cugny, Analyser le jazz (Paris : Outres Mesures, 2009 ; coll. « Contrepoints »).

Jean-François de Raymond, L’improvisation. Contribution à la philosophie de l’action (Paris : Librairie Philosophique J. Vrin, 1980 ; coll. « Problèmes et controverses »).

David H. Rosenthal, Hard bop: jazz and black music (New York : Oxford University Press, 1992).

Alfred B. Spellman, Four lives in the bebop business (New York : Limelight Edition, 1994), p. 179-235.

logos partenaires