Félix Clément et la restauration de la musique catholique dans le contexte politico-religieux : un enjeu éditorial


Amélie Dubreuil-Porret
(université Jean Monnet, Saint-Étienne)

Titulaire d’un master de recherche en musicologie et d’un master professionnel en édition, Amélie Dubreuil-Porret prépare une thèse au sein du CIEREC sur La restauration de la musique à l’église au xixe siècle autour de Félix Clément sous la direction de Denis Herlin et Cécile Davy-Rigaux, tout en exerçant une activité de gravure musicale, notamment pour l’IRPMF.

Au cours du xixe siècle, les musicographes français se mettent en quête d’une musique fonctionnelle servant l’office et se lancent à la poursuite de la musique originelle du culte catholique : le chant de saint Grégoire. Ils tentent alors de déchiffrer des manuscrits médiévaux. Ces démarches soulèvent de nombreuses difficultés, à commencer par la compréhension et l’interprétation des notations anciennes pour les transcrire en notation moderne (le rythme et l’accentuation latine). Suivent ensuite les problèmes éditoriaux, car le but des restaurateurs est de faire exécuter le plain-chant quotidiennement, mais l’interprétation de cette musique est controversée tant dans le choix de l’instrumentation que dans celui des tempi ou le traitement des voix.

Les travaux publiés par Félix Clément, notamment les Chants de la Sainte-Chapelle, dont les transcriptions furent critiquées par Nisard, Danjou et d’Ortigue, permettent de replacer ses démarches dans leur contexte historique afin de dégager les spécificités dues à l’environnement politique et cultuel d’alors. Cette étude est aussi l’occasion d’une analyse comparative entre l’édition d’un graduel pour Séez que Clément réalisa en 1862 et celles qu’il critique (versions du père Lambillotte, de Nisard, de la commission de Reims-Cambrai ou de Digne et de Malines). Cette confrontation permet d’apprécier les points de vue et les solutions pratiques de chacun, afin d’éclairer les débats qui animent ce mouvement de restauration musicale.

Bibliographie

Félix Clément, Chants de la Sainte-Chapelle et choix des principales séquences du Moyen Âge (Paris : Librairie Poussielgue frères, 4e édition, 1876).

Théodore Nisard, « Examen critique des chants de la Sainte-Chapelle », Correspondant, 26 (1850), p. 596-618.

Félix Clément, Histoire générale de la musique religieuse en France (Paris : Adrien Le Clere et Cie, 1861).

Graduel romain conforme au missel rédigé d’après le décret du très-saint concile de Trente et au chant corrigé et publié par ordre du pape Paul V ; suivi d’un supplément à l’usage du diocèse de Séez (Paris : impr. et libr. A. Le Clere et Cie, 1862).

logos partenaires