Gallicus adventus : la cantate BWV 61 de Johann Sebastian Bach et la réception de la musique française à Weimar au début des années 1700


Louis Delpech (université de Poitiers)

Ancien élève de l’ENS Ulm, Louis Delpech est agrégé de musicologie. Il prépare, sous la direction de Thierry Favier (Poitiers) et de Michael Heinemann (Dresde), une thèse sur l’assimilation de la musique française dans l’œuvre de Johann Sebastian Bach.

La cantate BWV 61 a souvent été décrite, à juste titre, comme un exemple particulièrement frappant de l’assimilation d’une grammaire stylistique française par le jeune Bach. Pour évaluer avec précision l’étendue de ces emprunts et s’interroger sur leur signification, il s’agit de dépasser l’explication — traditionnelle mais vague — en terme de « goût » pour la musique française, et de lui substituer une approche plus méticuleuse, attentive aux particularités régionales de la réception de la musique française ainsi qu’à ses enjeux idéologiques et musicaux. On cherchera ainsi à interroger l’œuvre de Johann Sebastian Bach à partir des sources disponibles pour documenter la réception de la musique française à Weimar dans les années 1710.

Bibliographie

Peter Wollny, « Zur Thüringer Rezeption des französischen Stils im späten 17. und frühen 18. Jahrhundert », in W. Seidel et P. Wollny (éd.), Ständige Konferenz Mitteldeutsche Barockmusik in Sachsen, Sachsen-Anhalt und Thüringen Jahrbuch (Berlin : Ortus Musikverlag, 2001), p. 140-152.

Dominik Sackmann, « ‘Französischer Schaum und Deutsches Grundelement’– Französisches in Bachs Musik », Basler Jahrbuch für historische Musikpraxis, 28 (2004), p. 81-94.

George Stauffer, « Boyvin, Grigny, D’Anglebert, and Bach’s assimilation of French Classical organ music », Early Music, 21/1 (1993), p. 83-84 et 86-96.

logos partenaires